top of page

Les objectifs SMART

Avec notre cheval, on a envie de progresser, de s’améliorer, et c’est normal.


En équitation comme dans bien d’autres domaines, il n’existe pas une seule manière de faire, ni une seule vérité. Certaines personnes travaillent seules, d’autres se font encadrer de manière hebdomadaire, d’autres encore préfèrent les stages. Il y en a qui lisent des livres ou des blogs, qui regardent des vidéos, qui tâtonnent dans leur coin ou encore qui vont observer des professionnels sur le terrain.


Bref, les méthodes de travail sont variées, et les stratégies d’apprentissages aussi.


Cependant, une chose est centrale quand on veut progresser : respecter une échelle de progression et se fixer des objectifs. C'est de ce dernier point dont on va parler aujourd'hui.


Comment se fixer des objectifs ?

Par ou commencer ?


Je vous partage ici un moyen mnémotechnique simple et efficace pour se fixer des objectifs. Que vous fassiez du loisir, du CSO ou de l’attelage, que vous ayez un âne, un cheval ou un enfant (…oups j’ai osé !), que vous pratiquez le R-, le R+ ou un mélange des deux, vous devriez TOUJOURS avoir plusieurs objectifs SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes, Temporellement définis) vous permettant d’atteindre un objectif général.


Voici un résumé de ce qu'est un objectif SMART :

En d'autres termes, les objectifs SMART sont toutes les petites marches que je dois franchir pour atteindre mon objectif général.


En gros, si mon objectif général est de "faire une serpentine en marche-arrière sur mon cheval en cordelette", mes objectifs SMART vont être la décomposition de cet objectif général en plein de petits objectifs spécifiques à difficulté croissante, qui mis bout à bout me permettront d'atteindre mon objectif général. On va commencer par avoir un cheval qui recule d'un pas avec deux rênes directes, puis plusieurs pas, puis qui recule d'un pas uniquement avec mon bassin, puis plusieurs, qui sache reculer en ligne droite, désengager ses hanches, etc...


Bref, tu l'auras peu-être compris, il s'agit finalement d'une échelle de progression, de tous les prérequis pour réussir notre objectif général de manière graduelle et fluide.

Quels sont les pièges à éviter quand on se fixe un objectif SMART ?


Attention à ce qu'il soit vraiment spécifique, c'est-à-dire très concret et précis dans sa formulation. Dire "avoir un cheval qui recule bien" ce n'est pas assez précis, car nous avons tous des exigences et des attentes différentes ! Peut-être que "bien reculer" veut dire avec 10kg dans chaque bras, 5 grammes dans chaque main, à 1 km/h ou encore à 5km/h ! Ce que je veux dire par là, c'est qu'il faut être très précis sur ce que l'on souhaite obtenir. Plutôt que de dire "avoir un cheval qui recule bien", on va préférer une formulation du type "mon cheval part en marche arrière franche (x mètres en x secondes) dès que je prends deux rênes directes du bout des doigts, sans tirer".


Cela nous amène à notre mesurable. Ici, c'est souvent plus délicat. Vous l'aurez compris, "avoir un cheval léger" c'est relatif ! Parfois, on trouve notre cheval léger, puis on monte celui de notre coach et la pfiouuuu un level up de la légèreté s'ouvre à nous ^^. Bref, la légèreté c'est un objectif qui est mesurable si on dispose d'un outil type Rein-tension pour mesurer la qualité de notre contact, ou encore si notre coach au cheval-léger-comme-une-plume monte notre poney pour évaluer lui-même la qualité de notre travail. Si on reprend notre objectif SMART "mon cheval part en marche arrière franche (x mètres en x secondes) dès que je prends deux rênes directes du bout des doigts, sans tirer", c'est relativement simple à évaluer. La tension des rênes tenue du bout des doigts peut être observée de manière objective (ou jugée grâce à un outil comme mentionné plus haut), et la franchise de la marche arrière en mettant un dispositif type cônes-chronomètre. Finalement, ce n'est pas si dur à comprendre : il faut penser au dispositif d'évaluation de notre objectif, sinon on ne sait pas s'il est atteint ou pas...


Un objectif doit être atteignable mais ambitieux, ce qui signifie qu'il doit être la suite logique de notre échelle de progression, histoire de ne pas stagner dans nos apprentissages. On ne doit ni se décourager, ni se tourner les pouces.


N'oublions pas son aspect réaliste qui est central : si on n'arrive pas à reculer de manière fluide et légère 100% du temps en ligne droite, ça ne sert à rien de vouloir faire une serpentine lors de la première séance ! Personnellement ça m'a toujours choquée les cours de poney-club où l'enseignant aborde pour la première fois les déplacés latéraux avec ses élèves en leur disant simplement "tu fais un déplacé latéral de F à M puis tu repars tout droit !"...en général tu assistes à une ribambelle de bidouille-merdouille où chevaux et cavaliers sont mis en échec, car les uns ne savent pas comment demander ni quand relâcher, et par conséquent les autres ne trouvent du confort à aucun moment et ne savent pas ce qu'est la bonne réponse ! Apprenez à demander les épaules sur un pas, puis les hanches, puis un pas de déplacé latéral sur un pas, et augmentez le niveau de difficulté peu à peu....ça peut prendre plusieurs séances pour que tout le monde comprenne, digère, et intègre l'exercice.


Pour finir, il est primordial que notre objectif soit temporellement défini, afin de ne pas procrastiner.


Attention quand même, se fixer des objectifs SMART...c'est aussi les utiliser en étant smart !


Un objectif doit rester un outil au profit de notre apprentissage, et pas un fardeau stressant et inatteignable. Chaque couple cavalier-cheval est différent, donc il faut s'adapter constamment. Rajouter des objectifs SMART car on a besoin de décomposer encore plus notre exercice, se laisser plus de temps que ce que l'on avait imaginé pour les atteindre ou encore modifier notre objectif général...ça fait partie de l'utilisation des objectifs. Sur ce, bonne progression à tous !



20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page