top of page

Anosmie & olfactothérapie

Il arrive que des personnes soient septiques à l'idée que l'olfactothérapie puisse être efficace.


Comment une odeur peut-elle influencer notre corps et nos émotions ? Figurez-vous que des chercheurs ont montré qu'au final, l'odeur n'est pas forcément centrale dans l'action olfactive des huiles essentielles (ça parait fou, non ?!).


Il est très interessant de constater que l'anosmie (la perte totale de l'orodat) n'influence pas l'effet des huiles essentielles.


En effet, une étude de 2013 a montré que chez le rat souffrant d'anosmie, l'inhalation d'huile essentielle de Lavandula angustifolia induit des effets anxiolytiques et réduit le stress. Cela montre qu'il n'y a pas besoin de percevoir consciemment une odeur pour que cette dernière agisse au niveau comportemental.


Toutefois, l'action de l'huile essentielle n'est pas encore totalement comprise. Les chercheurs supposent que l'inhalation d'huiles essentielles peut induire des effets anxiolytiques via le système nerveux central (par exemple, absorption pulmonaire et transport sanguin) ou une stimulation du système olfactif et une activation secondaire de régions du cerveau. Ces résultats suggèrent qu'il est peu probable que le système olfactif (= fonction grâce à laquelle les odeurs sont perçues : odorat) participe à l'action anxiolytique de Lavandula angustifolia.


Est-ce que cela signifie que l'olfactothérapie c'est du bullshit ? Selon moi, non.


La science avance, les connaissances évoluent et la pratique de la phyto-aromathérapie aussi. Ce n’est pas parce qu’une étude invalide le postulat de base d’une pratique (ici, que l’odeur des HE a un impact émotionnel sur les individus), que cette pratique doit être bannie. Surtout qu’au final, respirer Lavandula angustifolia, ça marche ! Peut-être pourrions-nous simplement nous appuyer sur la science pour faire évoluer le cadre théorique et pratique de l’olfactothérapie ?


Source : Chioca, L. R., Antunes, V. D., Ferro, M. M., Losso, E. M., & Andreatini, R. (2013). Anosmia does not impair the anxiolytic-like effect of lavender essential oil inhalation in mice. Life sciences, 92(20-21), 971-975.

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le cri de la carotte...

En cette fin du mois d'octobre, j'ai envie de vous partager une publication qui saura assouvir votre culture G ! Figurez-vous que ce titre assez rigolo raconte un phénomène récemment étudié : les caro

Lavandula angustifolia & stress

Une première étude s'est intéressée en 2013 à l'effet de l'huile essentielle de Lavandula angustifolia. L'étude concernait 7 chevaux dont la fréquence cardiaque et respiratoire a été enregistrée au re

Comments


bottom of page